Détails de la conférence

Quel rôle pour les bactéries dans des environnements contaminés par des radioéléments ?

par Claire Sergeant

Date | horaire

13/06/2022 | 14h - 15h30

Lieu

Uniquement par visioconférence

Inscriptions

Pour pouvoir vous accueillir au mieux, les inscriptions sont requises pour assister à la conférence en présentiel mais aussi par visioconférence. Le lien pour se connecter à la salle sera envoyé aux inscrits le matin de la conférence. Merci de votre compréhension.

Résumé de la conférence

On sait que la vie est présente dans tous les environnements, y compris extrêmes en termes de température, de pression, d’acidité ou basicité, de présence de toxiques, de métaux et même de radioactivité. La capacité à résister aux rayonnements ionisants a été décrite chez plusieurs espèces bactériennes, phylogénétiquement éloignées, affiliées à plusieurs genres. Parmi les plus résistantes, des espèces comme Deinococcus radiodurans peuvent survivre à des doses allant jusqu’à 15 000 Gray. Divers mécanismes sont utilisés par les bactéries pour résister à la présence d’éléments toxiques tels que métaux et radioéléments : biosorption, bioaccumulation, bioréduction, biominéralisation ; ce qui peut leur conférer des propriétés permettant de décontaminer des milieux environnementaux. En m’appuyant sur les diverses études menées par mon équipe depuis une vingtaine d’années, je présenterai le rôle que peuvent jouer certaines bactéries dans les environnements contaminés.

Quelques mots sur la conférencière

Claire Sergeant est chercheuse dans l’équipe Radioactivité et Environnement au Laboratoire de Physique des 2 Infinis Bordeaux (ancien Centre d’Etudes Nucléaires de Bordeaux-Gradignan). Ses recherches portent sur la présence de bactéries dans les environnements plus ou moins contaminés par des radionucléides; et leurs interactions avec ces mêmes éléments. Après avoir pu travailler au sein du laboratoire souterrain de Meuse/Haute-Marne de l’ANDRA, de celui du Mont Terri en Suisse ; et sur le site expérimental de l’IRSN dans la zone d’exclusion de Tchernobyl, elle contribue depuis sa création aux études de la Zone Atelier Territoires Uranifères (ZATU) du CNRS.

Back to top